Home Sida VIH SIDA au Sénégal: la prévalence en nette baisse chez les prostituées et très en hausse chez les homosexuels

VIH SIDA au Sénégal: la prévalence en nette baisse chez les prostituées et très en hausse chez les homosexuels

0
VIH SIDA au Sénégal: la prévalence en nette baisse chez les prostituées et très en hausse chez les homosexuels

e Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) a sorti son rapport 2019. Avec une baisse des nouvelles infections notées entre 2015 et 2019, le Sénégal connait une prévalence basse dans la population générale, âgée de 15-49 ans, qui s’établit à 0,5 % (Spectrum ONUSIDA 2019, EDS Continue 2017) et très élevée dans certaines populations et localités.

Les dernières estimations de l’ONUSIDA en 2019 estiment que les nouvelles infections à VIH sont passées de 4428 en 2005 à 1427 en 2019 soit une baisse de 67,7%.

Dans deux catégories assez spéciales de la population, à savoir les travailleuses du sexe et les homosexuels, le rapport note pour les premières des chiffres encourageant. Mais pour la deuxième catégorie, les statistiques sont inquiétantes.

Baisse de la prévalence chez les prostituées
La prévalence du VIH chez les femmes professionnelles du sexe connait une baisse régulière. En effet, elle est passée de 18, 5 % en 2010 à 6,6 % en 2015 puis 5,8 % en 2019 (ENSC, 2010, 2015, 2019).
Cette même tendance est observée selon la catégorie. Chez les professionnelles du sexe officielles, c’est-à-dire suivi dans le cadre du fichier officiel de la prostitution, la prévalence du VIH est passée de 23,8 % en 2010 à 8,7 % en 2015 et 8,6 % en 2019, alors que chez les professionnelles du sexe clandestines elle est passée de 12,1 % à 5,4 % pour la même période et à 2,8 % en 2019 (ENSC, 2010 et 2015).

Une prévalence très en hausse chez les homosexuels 
La prévalence du VIH chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec les hommes (HSH) est passée de 17,8 % en 2014 (ELIHoS, 2014) à 27, 6 % en 2017 (ECHSH, 2017).
Les résultats de cette dernière enquête (ECHSH, 2017) montrent une variation de la prévalence selon les sites. Les prévalences les plus élevées sont observées respectivement au niveau des sites de Dakar (49,6 %) ; Diourbel (34,8 %) ; Mbour (32,7 %) ; Saint-Louis (30,3 %), Louga (29,3 %).
Les résultats de l’enquête de 2017 montrent que la prévalence du VIH était plus élevée chez les HSH
âgés entre 30 et 39 ans (45,2 %) suivi de ceux âgées de 25 et 29 ans (37,3 %), souligne le rapport du CNLS.

pressafrik

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 + 12 =