Home Culture Célébrités Sibeth Ndiaye

Sibeth Ndiaye

0
Sibeth Ndiaye

Sibeth Ndiaye, née le 13 décembre 1979 à Dakar (Sénégal), est une conseillère en communication et femme politique française. Elle a acquis la nationalité française en 2016 tout en conservant la nationalité sénégalaise. Membre de l’UNEF, elle adhère en 2002 au Parti socialiste. Elle devient ensuite l’attachée de presse de Claude Bartolone, alors président du conseil général de la Seine-Saint-Denis. Après avoir rejoint En marche, elle est chargée des relations de presse d’Emmanuel Macron durant sa campagne présidentielle de 2017 et le suit au palais de l’Élysée après son élection. Elle exerce la fonction de secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement, de mars 2019 à juillet 2020. Plusieurs polémiques accompagnent ses communications de presse.

Parallèlement à ses études, Sibeth Ndiaye milite au sein de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) de 1999 à 2006 : elle est l’une des référents de la « tendance refondation syndicale » (TRS) du syndicat, représentant la minorité strauss-kahnienne. Elle est également administratrice de La Mutuelle des étudiants, de 2003 à 2008. Elle déclare avoir adhéré au Parti socialiste (PS) en réaction à l’accession de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de la présidentielle de 2002. Elle est formée par l’aile gauche du parti7. Avec Ismaël Emelien, Stanislas Guerini et Benjamin Griveaux, elle fait partie de l’équipe de campagne de Dominique Strauss-Kahn pour la primaire PS de 2006. Résidant à Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, elle est directrice de la campagne de Mathieu Hanotin lors des élections cantonales de 2008 sur le canton de Saint-Denis-Sud, remportée par le jeune candidat socialiste sur le sortant PCF.

Membre du courant strauss-kahnien intégré à la majorité nationale après le congrès de Reims, Martine Aubry la nomme secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de la petite enfance en 2009. Sa nomination est alors critiquée en raison de sa nationalité par Georges Sali, responsable local du PS de Saint-Denis, section qu’elle jugeait à l’époque « clanique ». En mars 2008, elle est nommée responsable du service presse de Claude Bartolone, nouvellement élu président du conseil général de la Seine-Saint-Denis4 qui l’avait repérée dans la campagne pour l’élection cantonale à Saint-Denis. Elle devient chargée de mission au conseil général en 20102. Elle soutient Martine Aubry lors de la primaire de la gauche de 2011 pour l’élection présidentielle de 2012.

Elle quitte le PS en 2013, déclarant par la suite : « J’ai toujours été sociale-démocrate, et j’ai été triste de quitter les socialistes en 2013, quand j’ai compris que je n’avais plus rien à voir sur le plan idéologique avec beaucoup d’entre eux ». Après l’élection de François Hollande à la présidence de la République, elle devient chargée de mission « presse et communication » au cabinet d’Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif à Bercy, et conserve cette fonction quand Emmanuel Macron succède à Arnaud Montebourg, en août 2014. Quand celui qui deviendra président de la République fonde En marche, elle l’y suit, après quelques jours de réflexion et sur l’insistance d’Alexis Kohler, comme conseillère presse et communication9, séduite par « la volonté [du mouvement] de transcender les clivages existants, la tentative audacieuse pour essayer autre chose, et le sentiment que ça ne pouvait plus continuer comme avant».

Elle se fait connaître du grand public par le documentaire de Yann L’Hénoret Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire — diffusé sur TF1 le lendemain du second tour de l’élection présidentielle, le 8 mai 2017 — où elle apparaît, selon L’Obs, « comme l’un des personnages clefs du premier cercle qui entoure et conseille le candidat ». Le 14 mai 2017, elle assiste à l’investiture du nouveau président et devient conseillère presse pour les affaires nationales auprès de Sylvain Fort, chargé de la communication de l’Élysée. Début 2019, elle est présente sur les grandes étapes des déplacements présidentiels en région à l’occasion du Grand débat national consécutif au mouvement des Gilets jaunes. Le 31 mars 2019, elle est nommée secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement, remplaçant Benjamin Griveaux.

Wikipédia

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 + 3 =