Home El Hadj Malick Sy SEYDI HADJI MALICK SY RTA : LEÇON D’HUMILITÉ

SEYDI HADJI MALICK SY RTA : LEÇON D’HUMILITÉ

0
SEYDI HADJI MALICK SY RTA : LEÇON D’HUMILITÉ
Seydi Hadji Malick SY RTA est arrivé à Tivaouane la première fois en 1894.
Il s’était établi à l’époque chez le commerçant DJIBRIL Gueye qui l’avait fait venir de Rufisque à Tivaouane pour l’exégèse du Coran.
Il y’avait à l’époque 5 marabouts établis à Tivaouane dans les 5 quartiers suivants :
– À Ndoutt : serigne Mor Mbacke
– À kouly nguidiane : serigne Tamsir Mandiémé Mbaaye
– À Dialo Nguidiane : serigne Tamsir Boubou SY
– À Fogny : serigne Thierno Bousso
– et au quartier commercial : serigne Ndiol Aïssa Ba.
Ces marabouts entretenaient d’étroites relations avec les Rois Thiédos et se chargeaient de légaliser au point de vue religieux tous leurs désirs et passions.
Le seul souci de ces marabouts était de préserver leur bonne entente avec les rois qui étaient leurs alliés. « Lou Bour beug niou fékhé ba daguanal ko thi Dîné dji ».
Seydi Hadji Malick SY RTA est venu à Tivaouane dans ce contexte.
Il a appliqué scrupuleusement et rigoureusement les préceptes de la Sharia islamique et la Sunna prophétique sans aucune compromission.
Cela a engendré naturellement de grandes frustrations chez ces marabouts qui se sont coalisés contre lui dans une campagne de décrédibilisation, de dénigrement, de stigmatisation et de marginalisation féroces.
Ainsi, Seydi Hadji Malick a célébré une fête de Tabaski avec les disciples de plus en plus nombreux qui fréquentaient ses cours d’exégèse du Coran.
Les autres marabouts, rongés par la jalousie, envoyèrent un griot du nom de Thié Fatim battre le tam-tam et annoncer à toute la population que quiconque a prié l’Aid derrière Maodo sa prière est invalide.
Quelques jours plus tard Seydi Hadji Malick RTA, accompagné de Amadou Mbaye Maodo alla nuitamment chez l’Imam Mor Mbacke qui était à l’origine de cette campagne de décrédibilisation.
Il lui présenta des excuses en lui disant qu’il reconnaissait avoir tort de ne pas l’avoir consulté auparavant pour fixer la date de l’Aid avant de le célébrer, lui promit que cela ne se répéterait plus et lui offrit un boubou « thiawali » (le top du top à l’époque) avec une somme d’argent conséquente.
Ce marabout n’en revenait pas face à autant de magnanimité et d’humilité.
Il remit également au griot Thié Fatim un boubou « Thiawali » et de l’argent avec des excuses.
Il a poursuivi ces « teranga » avec tous ces marabouts qui ont fini par le rejoindre, se ranger derrière lui et prendre le wird tidiane auprès de lui.
Les thiédos et les griots adeptes du tabac et de l’alcool finirent par lui vouer un profond respect et une considération immense à tel point point qu’ils dissimulaient leurs pipes lorsqu’ils le voyaient venir.
Ils finirent tous par abandonner ces pratiques, prirent le wird salatoul Fatihi auprès de Maodo qui fit de ces grands champions de Takhourane des Moukhadam et des érudits hors pair.
En 1902 Il entreprit de construire la Mosquée avec une grande détermination.
Il exigea auprès de l’entrepreneur d’en faire un édifice de qualité avec des tuiles comme toiture, ce qu’il y’a de meilleure (exactement comme ce qu’il y’avait dans les résidences officielles des gouverneurs coloniaux à l’époque).
À l’inauguration de la Mosquée en 1904, alors que tout le monde pensait naturellement qu’il assumerait les fonctions d’imam, il désigna le fameux Serigne Mor Mbacke qui y officiait habituellement comme imam auparavant et Serigne Atoumane Ndiaye comme imam adjoint.
Belle leçon d’humilité et d’endurance à méditer et à imiter.
Ramadan moubarak

Mamadou Mansour Diouf

09/05/2021

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 − 1 =