Popenguine : Le village du Cardinal Hyacinthe Thiandoum visité par le Saint Pape Jean Paul 2 témoin de l’Espérance

0

Aujourd’hui, comme partout ailleurs au Sénégal, la cohabitation entre chrétiens et musulmans se fait en toute amitié et il n’est pas rare que les deux confessions soient représentées à l’intérieur d’une même famille. Le défunt cardinal Hyacinthe Thiandoum, originaire de Popenguine, compte lui-même des musulmans parmi ses oncles, cousins, neveux, etc… Les musulmans n’hésitent d’ailleurs à participer à leur manière en aidant à l’organisation de toutes les cérémonies catholiques d’importance comme le pèlerinage annuel.

Ce fut également le cas en 1992 lors de la venue du Pape. C’est d’ailleurs à l’occasion de la visite papale que fut bénie « la Marie » du sanctuaire marial édifié en 1888 et qui aujourd’hui est au centre du pèlerinage catholique annuel du lundi de pentecôte ou des milliers de catholiques marchent de Dakar à Popenguine pendant toute une journée. Même si ici, contrairement à Lourdes, personne n’a vu la Vierge, le sanctuaire de Notre Dame de la Délivrance a connu depuis cette reconnaissance du Saint Père un regain de légitimité. L’église de Popenguine, achevée en 1988 après un siècle de construction, si elle n’a rien d’exceptionnel, demeure un très bel édifice, l’un des plus vieux du pays

. Malgré sa très sobre architecture, elle n’est pas sans rappeler certaines petites églises de village du sud de la France. Vous pouvez bien-sûr assister à la messe dominicale qui vous montrera les pratiques religieuses du Sénégal d’une grande piété mêlée d’une grande joie. Une partie de cette messe est célébrée en Français, l’autre en Sérère. Pour beaucoup de Sénégalais, Popenguine est aussi le village natal du cardinal Hyacinthe Thiandoum, prénommé ainsi par son père en mémoire de Hyacinthe Jalabert, missionnaire français mort lors d’un naufrage au large de Bordeaux alors qu’il s’apprêtait à retourner au Sénégal. Évêque dès 1962, Thiandoum a été créé cardinal en 1976. Décédé en mai 2004, il reste dans la mémoire des Sénégalais le chantre du dialogue islamo-chrétien.