Home Maram Kairé Maram Kairé, l’astronome sénégalais qui vient de recevoir un astéroïde qui porte son nom

Maram Kairé, l’astronome sénégalais qui vient de recevoir un astéroïde qui porte son nom

0
Maram Kairé, l’astronome sénégalais qui vient de recevoir un astéroïde qui porte son nom

L’Union astronomique internationale a honoré l’astronome sénégalais Maram Kairé en donnant son nom à un astéroïde du système solaire. Kairé, 42 ans, reconnu pour son engagement à promouvoir l’astronomie dans les écoles, les universités et les communautés, s’est dit touché par cet honneur.

Jusqu’à présent, l’astéroïde qui porte son nom était simplement numéroté 35462 1998 DW 23. Il a été découvert en 1998 par l’astronome français Alain Maury et fait partie de la ceinture principale des corps célestes en orbite autour du Soleil, entre les planètes Mars et Jupiter. Ce corps céleste fait « une orbite complète autour du soleil en 4,36 années terrestres », selon les rapports.

Avec le changement de nom de l’astéroïde en son honneur, Kairé est devenu le tout premier Sénégalais à bénéficier d’une telle distinction, selon APA News. « Au-delà de mon nom, c’est tout le Sénégal qui est à l’honneur. Génération après génération, lorsque cet astéroïde sera étudié par la communauté scientifique mondiale, le nom du Sénégal restera dans l’esprit du monde. Et c’est la chose la plus importante », a déclaré Kairé, qui a reçu des messages de félicitations de différents pays.

Le président sénégalais Macky Sall a déclaré dans un message de félicitations que c’était la fierté du Sénégal, ajoutant que « le gouvernement sera à ses côtés dans la promotion de l’astronomie ». La collègue de Kairé et ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Sénégal Mary Teuw Niane a déclaré : « Désormais, le nom de Maram Kaïré flotte dans le Ciel, porte-drapeau du Sénégal et de l’Afrique.

Né à Dakar, la capitale du Sénégal en 1978, la passion de Kairé pour l’astronomie a commencé à l’âge de 12 ans par la lecture. L’un de ses livres préférés était Patience in azur, de l’astrophysicien Hubert Reeves. En grandissant, Kairé passait ses soirées à observer le ciel quand, selon lui, il était beaucoup plus clair et moins pollué par la lumière. Il a commencé à fabriquer son premier télescope à l’âge de 14 ans. Kairé a dit qu’il avait compris dès le début que c’était ce qu’il voulait faire de sa vie, mais ses parents n’étaient pas convaincus.

« C’était mal compris », se souvient-il dans une interview. « Les gens associaient l’astronomie à la météorologie, il y avait des moqueries, des gens qui disaient : ‘tu regardes les étoiles, tu vas devenir fou’… Et ici au Sénégal, ça n’était pas du tout enseigné, donc après le bac, il fallait faire un compromis avec mes parents et surtout mon père. Kairé et ses parents se sont installés sur l’informatique. Il enchaîne par des études d’ingénierie systèmes et réseaux en France.

A son retour dans son pays le Sénégal en 2006, son objectif principal était d’aider les jeunes à trouver sur place des cours et des infrastructures liés à l’astronomie. Ainsi, il a créé l’ASPA, l’Association sénégalaise pour la promotion de l’astronomie, qui a tenu des conférences dans les écoles, des ateliers, organisé des festivals, entre autres. L’objectif de ces activités est de promouvoir l’astronomie auprès du public et de créer des vocations.

Kairé, qui a récemment dirigé deux missions pour la NASA dans son pays, est fermement convaincu que « l’espace est un levier de développement ».

« Pour l’éducation et l’enseignement à distance, la télémédecine, l’agriculture, les données satellitaires sont un enjeu majeur », a déclaré le scientifique sénégalais qui appelle à « une introduction significative » des sciences spatiales dans le système éducatif de son pays.

Niane, l’ancienne collègue de Kairé au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, exhorte également le gouvernement sénégalais à mener à bien les projets dont Kairé était responsable tels que l’observatoire astronomique, le planétarium, le Centre de construction de microsatellites et en notamment l’Agence sénégalaise d’astronomie.

afrogadget

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 − 9 =