Les chantiers de Thiès

24

L’affaire des « chantiers de Thiès » et ses milliards évoqués en privé ou dans la rumeur publique aveugle les sens de bien de nos compatriotes, au point qu’ils s’imaginent dans une échoppe où l’on peut soutirer cinq francs pour du poivre, trois pour du sel et dix pour des oignons. Sans rendre compte à personne !

Voilà l’image loqueteuse qu’essaient de coller à ce pays des polémistes de jardin, plus mus par le ping-pong politique que le vrai débat citoyen sur la gestion des deniers publics. Voilà la face de République bananière collée aux techniciens des finances si appréciés sur leurs terres et ailleurs. Voilà enfin le reflet bancal d’un Sénégal que seuls s’imaginent les protagonistes d’un vacarme politicien.