LE CARDINAL HYACINTHE THIANDOUM, le premier archevêque autochtone de Dakar et premier Sénégalais à porter un titre cardinalice

0

Né à Popenguine, dans la région de Thiès (ouest) le 2 février 1921, il était le fils d’un catéchiste. Sa famille est catholique mais un de ses frères, devenu musulman, a eu des enfants imams. Il a été ordonné prêtre en 1949 et nommé archevêque de Dakar en février 1962, à 41 ans, une fonction qu’il occupera pendant 38 ans, jusqu’à sa retraite en 2000.

Il succédait à la tête du diocèse de Dakar, à Mgr Marcel Lefèvre, devenant le second archevêque de la capitale sénégalaise et le premier archevêque autochtone de ce diocèse.

Vatican 2 et Synode des évêques
Il a été un des acteurs du Concile Vatican II, ayant assisté à toutes les sessions. Il a notamment fait des interventions importantes au Concile sur la réforme liturgique, avec une attention spéciale à l’inculturation (rites particuliers des catholiques africains et possibilité d’introduire les langues locales). Il est aussi intervenu sur la question de l’œcuménisme et sur les communications sociales.

Aux Assemblées du Synode des évêques (où il avait représenté la Conférence épiscopale du Sénégal/Mauritanie, à l’époque) il a évoqué le pluralisme dans l’Église. Il a aussi plaidé en faveur du sacerdoce ministériel en insistant sur la valeur du célibat des prêtres. Il a enfin abordé d’autres sujets comme le droit des peuples à l’autodétermination, et les difficultés de l’évangélisation dans les pays en voie de développement.

Le cardinal Thiandoum a été membre du Conseil du secrétariat général du Synode des évêques et président délégué de la IVe Assemblée générale du Synode des évêques en 1977 sur le thème : « La catéchèse aujourd’hui, avec une attention particulière aux enfants et aux jeunes ».

Il a été président de la Conférence épiscopale du Sénégal/Mauritanie jusqu’en 1987 mais aussi vice-président du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam). Il a été rapporteur à la VIIe Assemblée générale du Synode des évêques sur les laïcs en 1987 et rapporteur général à l’Assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des évêques de 1994.

Du 19 au 23 février 1992, il a reçu le pape Jean-Paul à Dakar, un événement sans précédent dans ce pays majoritairement musulman où le passage du Saint-Père a été vécu comme un soutien au dialogue islamo-chrétien.

Hommages
À sa mort le 18 mai 2004, il a reçu de nombreux hommages dont celui de son successeur à la tête du diocèse de Dakar, le cardinal Théodore Adrien Sarr, du chef de l’État sénégalais de l’époque, Abdoulaye Wade mais aussi de nombreux responsables religieux musulmans sénégalais. Un de ses pairs, le cardinal béninois Bernardin Gantin lui a rendu ce témoignage : « il vouait une fidélité viscérale à l’Afrique et se dévouait entièrement pour ce continent ». Dans son dernier livre, « Levez-vous ! Allons ! », le pape Jean-Paul II, lui-même, a exprimé son affection et son admiration à l’égard de Mgr Thiandoum.