Home autres Le capitaine Charles N’Tchoréré

Le capitaine Charles N’Tchoréré

0
Le capitaine Charles N’Tchoréré

Le capitaine Charles N’Tchoréré : je ne suis pas très sûr de moi mais j’ai l’impression de reconnaître, sur cette photo de groupe, le capitaine Charles N’Tchoréré, qui donna son nom au Prytannée militaire de Saint-Louis (qu’il a commandé en 1933). Sur ce coup-ci, encore, Wikipedia est mon amie. Voici quelques extraits de sa notice : « Charles N’Tchoréré, né le 15 novembre 1896 à Libreville et mort le 7 juin 1940 à Airaines (France), est un officier français du Gabon ayant servi dans l’armée française lors des deux guerres mondiales. Pendant la bataille de la Somme, son unité est encerclée dans Airaines par la Wehrmacht et contrainte à la reddition après plusieurs heures de combat. Alors que les soldats allemands séparent les prisonniers blancs des noirs, considérés par les nazis comme des untermensch (« sous-hommes »), il s’insurge et meurt exécuté sur place d’une balle dans la tête. Après sa mort, il devient un symbole de l’engagement et du sacrifice des troupes africaines au service de la France […]. À la déclaration de guerre en 1914 il s’engage […] puis il s’enrôle dans les tirailleurs sénégalais en 1916. Il y fait la preuve de sa valeur et est nommé sergent. La Première Guerre mondiale terminée, il reste dans l’armée […]. À l’issue d’une formation militaire à l’école d’officiers de Fréjus, il devient en 1923 un des rares Africains à recevoir les épaulettes d’officier à titre indigène […]. Il sert ensuite en Syrie où il est blessé au combat. Revenu en Afrique en 1925, il sert au Soudan français […]. Après avoir été nommé à titre français lieutenant en 1927, N’Tchoréré est promu en 1933 capitaine et commande l’École des Enfants de Troupe à Saint-Louis du Sénégal, puis […] sert en Afrique-Occidentale française. En 1939, lors de la Seconde Guerre mondiale, il demande à partir pour le front. Naturalisé français en juin 1940, le capitaine N’Tchoréré sert l’armée française dans la Somme […]. Sa compagnie est postée au centre d’un dispositif ayant pour mission de défendre la petite ville d’Airaines, située à 30 kilomètres à l’ouest d’Amiens. » Wikipedia donne les détails de cette opération au cours de laquelle il trouva la mort. De nombreux hommages lui furent rendus.

Facebook: Senegalmetis

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 + 9 =