La littérature sénégalaise

35

La littérature sénégalaise est l’une des plus importantes de l’Afrique de l’Ouest. La plupart des œuvres ont été écrites en langue française, mais on trouve également des textes en arabe ou en wolof.

La littérature sénégalaise a longtemps été connue dans le monde surtout à travers la personnalité exceptionnelle de Léopold Sédar Senghor, à la fois poète et homme d’État, grand défenseur de la francophonie et chantre de la négritude.

Parmi les autres auteurs désormais classiques figurent notamment les romanciers Cheikh Hamidou Kane, Birago Diop, Boubacar Boris Diop, Mamadou Mahmoud N’Dongo, le poète Alioune Badara Coulibaly, mais aussi Ousmane Sembène qui portera à l’écran quelques-uns de ses propres romans. En matière d’essais, outre l’œuvre de Cheikh Anta Diop, les travaux et publications de l’anthropologue Tidiane N’Diaye, ont acquis une dimension mondiale.

De leur côté les femmes sont particulièrement actives, voire incisives. En 1980, Mariama Bâ a décrit avec une grande sensibilité la société polygame dans Une si longue lettre. Aminata Sow Fall, dans la Grève des bàttu (1979), a montré que le petit peuple n’était pas dépourvu de ressources. Fatou Diome a rencontré le succès avec Le Ventre de l’Atlantique (2004), un roman qui met en scène, souvent avec humour, les rêves d’évasion des jeunes Sénégalais.