Home Fatou DIOME

Fatou DIOME

Fatou Diome est née en 1968 sur la petite île de Niodior, dans le delta du Saloum, en pays sérère, au sud-ouest du Sénégal. Fille naturelle — ses parents ne sont alors pas mariés — elle est élevée par sa grand-mère, Aminata. Son nom vient du Sine Saloum, où les Diome sont des Niominka.
Contrairement à ce qu’exigent les traditions de sa terre natale, elle côtoie les hommes plutôt que d’aller aider les femmes à préparer les repas et assurer les tâches ménagères. Toujours en décalage avec le microcosme de l’île, elle décide d’aller à l’école et apprend le français. Sa grand-mère met un certain temps à accepter le fait qu’elle puisse être éduquée: la jeune Fatou Diome doit aller à l’école en cachettejusqu’à ce que son instituteur parvienne à convaincre son aïeule de la laisser poursuivre.
À treize ans, elle se passionne alors pour la littérature francophone et commence à écrire. Fatou Diome quitte son village pour aller poursuivre ses études dans d’autres villes du Sénégal, tout en finançant cette vie nomade par de petits boulots dès ses 14 ans; puis elle va au lycée de M’bour, travaille en tant que servante en Gambie et finit par entamer des études universitaires à Dakar. À ce moment, elle songe à devenir professeur de français, loin de l’idée de quitter son pays natal.
Mais à vingt-deux ans, elle tombe amoureuse d’un Français, se marie et décide de le suivre en France à Strasbourg en 1994Rejetée par la famille de son époux, elle divorce deux ans plus tard et se retrouve en grande difficulté, abandonnée à sa condition d’immigrée sur le territoire français2. Pour pouvoir subsister et financer ses études, elle doit faire des ménages pendant six ans, y compris lorsqu’elle peut exercer la fonction de chargée de cours durant son diplôme d’études approfondies, avant de commencer sa thèse sur « Le voyage, les échanges et la formation dans l’œuvre littéraire et cinématographique de Sembène Ousmane »

A lire aussi