El Hadji Ibrahima Niasse dit Baye

Né à Taïba Niassène dans la région de Kaolack en octobre 1900, El Hadj Ibrahima Niasse est le petit-fils de El Hadj Abdoulaye Ibrahima Niasse, un grand dignitaire de la confrérie tidiane qui a fait fortune dans la culture de l’arachide.
C’est à Kaolack que El Hadj Ibrahima Niasse étudia les sciences religieuses (l’exégèse, la jurisprudence, l’arabe, la métrique, la rhétorique, la biographie du prophète) tout en cultivant un goût prononcé pour le mysticisme.
A la mort de son père en 1922, son frère aîné Mouhamed Khalifa prend en charge la communauté des Niassène tandis que Baye Niasse s’occupe de l’enseignement coranique dans les écoles de leur père. Son érudition et sa piété lui attirent vite de nombreux adeptes. Dés 1930, il se proclame l’héritier de Cheikh Ahmad Tidiane Chérif et obtient l’allégeance massive de disciplines de son père ainsi que celle de nombreux cheikhs maures..

L’aura de El Hadj Ibrahima Niasse a dépassé les frontières sénégalaises, car il se retrouve vers la fin des années 60 à la tête d’une communauté transnationale de plusieurs millions de membres répartis entre le Nord du Nigeria, lieu d’excellence de son rayonnement, le Ghana, le Niger, le Togo, la Sierra Léone, le Tchad, la Gambie, la Mauritanie.

Il s’est illustré comme le premier chef religieux ouest africain à avoir établi des contacts avec des organisations islamiques internationales. A ce titre il est l’un des fondateurs et vice-président de la Ligue islamique mondiale basée à La Mecque, membre de l’Académie de recherches de l’Université Al Azhar du Caire, etc.

Nationaliste, il a été qualifié par ses biographes d’« homme politique d’envergure’ ». Opposant irréductible à Senghor, il entretenait des relations étroites avec des leaders africains et arabes dont l’ancien président égyptien Gamal Abdel Nasser et le premier président du Ghana Kwame Nkrumah. Baye Niasse disparut le 26 juillet 1975 dans une clinique de Londres.

Voir aussi

Aucun article à afficher