Home Eaux et Forêts

LES EAUX ET FORETS

La Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des sols (DEFCCS) comprend un service central, situé à Dakar dans le Parc Zoologique et Forestier de Hann, et des services déconcentrés suivant le découpage administratif du pays :
niveau régional : inspection des eaux et forêts ;
niveau départemental : secteur des eaux et forêts ;
niveau arrondissement : brigade des eaux et forêts ;
niveau communauté rurale : triage des eaux et forêts.

Mission
Sous l’autorité du Ministère de tutelle, la Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des sols est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique forestière nationale. Elle exerce les prérogatives de l’Etat dans les domaines de la conservation des sols, de la gestion de la faune et des écosystèmes forestiers.
Les objectifs principaux de la politique forestière sont d’assurer, d’une part, la gestion durable du potentiel forestier et de sa biodiversité et d’autre part, la satisfaction des besoins des populations en biens et services forestiers ainsi que le maintien des équilibres socio-économiques et écologiques.

Structuration
L’ensemble des activités de la DEFCCS sont réparties entre les quatre grandes composantes thématiques suivantes:
• aménagement et productions forestières
• protection des forêts
• gestion de la faune
• suivi-évaluation et formation-sensibilisation

Chacun de ces thèmes fait l’objet d’une division au sein de la DEFCCS.
Autre Bureaux et services :
– le BMS (Bureau Matériels et Sécurité);
– le BAGE (Bureau Administration Générale et Équipement);
– le parc forestier et zoologique de Hann;
– le Centre Forestier de recyclage;
– programme National de Semences Forestières ;
– BRH (bureau ressources humaines);
– bureau contentieux.

Au niveau déconcentré

Présente dans chaque région, l’IREF est un maillon extrêmement important dans le dispositif institutionnel. Elle constitue la courroie technique de transmission entre le niveau central et les entités déconcentrées. Sa structuration en divisions et bureaux est à l’image de celle de la Direction.
Les secteurs et sous secteurs
Les secteurs forestiers présents dans les 45 départements du pays prolongent l’action de la DEFCCS. Certaines brigades stratégiques sont érigées en Sous secteurs.
Les brigades et triages
Ce sont les services opérationnels directement placés au niveau des Sous-préfectures (brigades) ou des Communautés rurales (triages), et sont dirigées par des sous officiers des eaux et forêts.

Structuration du Service forestier

L’arrêté ministériel N° 10 621 du 17 septembre 1981 portant organisation de la Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols (DEFCCS) constitue le texte de référence qui précise les missions et attributions de cette structure. Le Service forestier comprend une structure centrale, la Direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols située à Dakar dans le Parc Zoologique et Forestier de Hann,  et des structures déconcentrées suivant le découpage administratif :
–    niveau régional : Ispection des Eaux et Forêts ;
–    niveau départemental : Secteur des Eaux et Forêts ;
–    niveau arrondissement : Brigade des Eaux et Forêts
–    niveau communauté rural : Triage des Eaux et Forêts

Les activités de la DEFCCS sont réparties entre les cinq composantes suivantes qui regroupent les activités forestières, et font, chacune, l’objet d’une division au sein de la DEFCCS.

–    Aménagement et productions forestières (DAPF) ;
–    Protection des forêts (DPF) ;
–    Gestion de la faune (DGF) ;
–    Reboisement et conservation des sols (DRCS) ;
–    Suivi, évaluation, formation et sensibilisation (DSEFS).

Ces activités  s’articulent autour de la planification et de l’organisation de quatre campagnes :
(i) exploitation forestière, (ii) reboisement, (iii) lutte contre les feux de brousse et (iv) exploitation cynégétique.
La DEFCCS est responsable de la collecte de toutes les données relatives aux  activités forestières.
Les structures  de la DEFCCS comprennent également des projets/programmes, actuellement au nombre de sept (7) dont l’envergure (nationale, régionale ou locale), la localisation et la durée varient selon les conventions qui les ont vus naître.
Ces sept projets sont : PASEF, CODEVAL, PROGEDE, PROGERT, PADEC, AG-GRN WULA NAFA, PADEN et PVF phase 1 et 2.

Division aménagement

La Division Aménagement et Productions Forestières (DAPF) est chargée :
– d’impulser et de coordonner l’élaboration et le suivi des plans d’aménagement forestier ;
– d’assurer la planification et le suivi des campagnes d’exploitation forestière ;
– de promouvoir et de valoriser les ressources forestières ;
– de suivre les aspects de la politique énergétique relatifs aux combustibles domestiques.

La DAPF est composée de deux bureaux :
• Le bureau aménagement chargé d’impulser et de coordonner l’élaboration et le suivi des plans d’aménagement forestier ;
• Le bureau productions forestières chargé d’assurer la planification et le suivi des campagnes d’exploitation forestière ainsi que les aspects de la politique énergétique relatifs aux combustibles domestiques.

Division protection des forêts

La Division Protection des Forêts (DPF) de la Direction des Eaux, Forêts et Chasses et de la Conservation des Sols (DEFCCS) a pour mission de coordonner au niveau national, l’application de la politique de l’Etat en matière de protection du patrimoine forestier contre toutes les formes de dégradation, aussi bien d’origine anthropique que naturelle ;

Plus précisément, le mandat de la Division Protection des Forêts couvre :
• l’organisation et le suivi de la lutte contre les feux de brousse ;
• le suivi de la gestion du domaine forestier de l’Etat ;
• la protection entomologique et phytopathologique des formations forestières ;
• le suivi des impacts des changements climatiques sur le milieu naturel : inondations, érosion côtière, acidification et salification des sols, la mangrove, etc.

Les activités de la DPF portent sur trois aspects essentiels :

• la conception : définition des objectifs nationaux déclinés aux niveaux régional et local ; formulation de programmes et projets nationaux et appui à l’élaboration de projets régionaux ;

• la supervision technique : suivi des activités de protection des forêts sur le terrain ;

• le suivi des grands programmes qui restaurent le milieu naturel : la Grande Muraille Verte, les activités des mines et carrières, les Projets de l’Autoroute à péage, de l’Aéroport de Ndiass, de la Zone Economique Spéciale de Diamniadio, de MDL sur le zircon, etc.

Voir le Bilan LCFB 2012

Division gestion de la faune

Mission
Elle est chargée de mettre en œuvre la politique en matière de gestion de la faune à savoir la conservation des ressources fauniques et de leur habitat.
Concrètement, elle a pour mission de:
– protéger  la faune contre la surexploitation (braconnage en particulier) et la destruction de son habitat;
– veiller au respect de la réglementation en matière de gestion des ressources fauniques notamment les dispositions du code de la chasse ;
– accompagner les activités en matière d’exploitation cynégétique ;
– concevoir des plans de gestion viable de zones de protection de la faune (réserves de faune, zones amodiées, zones d’intérêt cynégétique, forêts classées) ;
– fournir des statistiques fiables sur le potentiel faunique par des inventaires fauniques et le recueil des informations auprès des populations et les exploitants cynégétiques ;

Perspectives
– promouvoir une nouvelle approche de la chasse soucieuse de la préservation de la faune et de son habitat ;
– engager une réflexion approfondie sur la gestion de la faune entre acteurs pour mieux appréhender les enjeux liés à la chasse et à la conservation de la biodiversité faunique ;
– mettre en place un cadre de concertation sur la gestion des ressources fauniques qui regroupe les différents acteurs à savoir les collectivités locales, les exploitants cynégétiques et les services déconcentrés concernés par l’activité ;
– multiplier les actions de sensibilisation envers les populations à travers les médias et autres canaux pour mieux faire connaître l’importance de la conservation de la biodiversité faunique.

Division reboisement

La Division Reboisement et Conservation des Sols (DRCS) est chargée de suivre et de coordonner, au niveau national, les actions de reboisement, d’enrichissement et de restauration des forêts et autres espaces verts artificiels ruraux ou urbains à travers la mise en défens. Elle est également chargée de coordonner certaines activités de portée nationale comme la Campagne Nationale de Reboisement (choix de l’arbre parrain, Journée Nationale de l’Arbre, Conférence Nationale préparatoire à la CNR).
Le composant thématique reboisement et conservation des sols regroupe cinq principales activités :
– la sylviculture ;
– l’agroforesterie ;
– la défense et restauration des sols/conservation de l’eau dans le sol (DRS/CES) ;
– la mise en défens d’espaces forestiers dégradés, menacés ou vulnérables ;
– la régénération naturelle assistée.

Le  diagnostic  global  du  sous-secteur  forestier  réalisé  durant  la  phase  de planification  de la Politique  Forestier  du  Sénégal  (2005-2025)  a  confirmé  une tendance  à  la dégradation et  à  la  régression  des  ressources  forestières  sous l’effet d’une sécheresse récurrente combinée aux actions anthropiques néfastes telles  que :  coupes  abusives,  feux  de  brousse, surpâturage  et  défrichements agricoles.
Il s’y ajoute les multiples enjeux liés à la convergence de multinationales étrangères à la recherche effrénée de terres pour des exploitations à caractère industriel (Jatropha pour la production de biocarburant etc.). La  monoculture  de  l’arachide  combinée  aux  défrichements  et  à  l’exploitation irrationnelle des ressources forestières ont eu pour conséquence l’accentuation des phénomènes  d’érosion,  l’appauvrissement  des  terres,  la  baisse  des  rendements agricoles.

Cette situation a exacerbé la pauvreté en milieu rural et engendré l’exode des bras valides vers d’autres localités.

Depuis un certain temps, un changement notoire de paradigme est entrain d’être opéré dans ce cadre sous l’impulsion des nouvelles autorités.
Ce changement, qui devra aboutir à une rupture totale par rapport aux pratiques qui grevaient dangereusement notre patrimoine forestier, induit la recherche d’une intégration  des activités de reboisement et de conservation des sols dans   la   planification   nationale d’un développement rural durable.

Ainsi, une réflexion pour l’élaboration d’une stratégie nationale de reboisement est déjà engagée.

Cette stratégie devra fournir le cadre de mobilisation des moyens et de programmation des actions afin d’atteindre les objectifs fondamentaux de la politique de reboisement.

Il s’agit de :
– la restauration et le maintien de la productivité des écosystèmes forestiers et de leur biodiversité (Mangroves, palmeraies, et forêts galeries) ;
– la récupération des terres dégradées (sols ferrugineux tropicaux lessivés, tannes etc) ;
– le reboisement individuel et communautaire avec un accent particulier sur la mise en défens et la régénération naturelle assistée ;
– la mise en place de dispositifs mécaniques et biologiques de lutte antiérosive.

Cette stratégie vise, entre autres, l’intégration des formations naturelles et artificielles dans la stratégie de développement du monde rural en veillant à sa complémentarité avec les autres activités économiques.

Cette stratégie se propose donc de fournir une réponse durable aux besoins prioritaires en produits forestiers ligneux et non ligneux.

Elle recommande la réalisation de cet objectif ambitieux à travers le développement d’un partenariat permettant de multiplier l’action de reboisement auprès d’un plus grand nombre d’intervenants publics et privés ainsi que la contribution à des programmes locaux sur une base participative.

Cette stratégie de reboisement concerne aussi le reboisement pour la production de bois et de biomasse combustible, la protection des sols contre l’érosion, la récréation et les aménagements sylvo-pastoraux.
Pour le moment, un important Programme de Renforcement et de Consolidation des Acquis (PRCA) est en cours d’exécution ; lequel programme, à travers les projets de réhabilitation des mangroves et de reverdissement du Sénégal, apportera sans doute une réponse aux multiples contraintes qui plombaient, jusque là, une bonne conduite des activités de reboisement.

Division suivi évaluation

Sa mission est horizontale. La DSEFS est chargée de la préparation et du suivi du plan de travail annuel de la direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols.
Elle constitue une banque de données en vue d’élaborer des référentiels conceptuels et techniques pour le suivi et l’évaluation des programmes et projets de gestion du patrimoine forestier. Par la formation /sensibilisation, la division renforce d’une part les capacités d’intervention du personnel forestier grâce à des sessions de formation et de recyclage ciblées et adaptées à la politique forestière, d’autre part, elle dote les populations de moyens et développe leurs attitudes pour la conduite correcte et  autonome des activités.

La DSEFS comprend cinq bureaux :
–    information, formation et sensibilisation ;
–    étude et valorisation des acquis de la recherche ;
–    aménagement  des terroirs villageois et cartographie ;
–    changements climatiques ;
–    suivi-évaluation.

Division suivi évaluation

Sa mission est horizontale. La DSEFS est chargée de la préparation et du suivi du plan de travail annuel de la direction des Eaux et Forêts, Chasses et de la Conservation des Sols.
Elle constitue une banque de données en vue d’élaborer des référentiels conceptuels et techniques pour le suivi et l’évaluation des programmes et projets de gestion du patrimoine forestier. Par la formation /sensibilisation, la division renforce d’une part les capacités d’intervention du personnel forestier grâce à des sessions de formation et de recyclage ciblées et adaptées à la politique forestière, d’autre part, elle dote les populations de moyens et développe leurs attitudes pour la conduite correcte et  autonome des activités.

La DSEFS comprend cinq bureaux :
–    information, formation et sensibilisation ;
–    étude et valorisation des acquis de la recherche ;
–    aménagement  des terroirs villageois et cartographie ;
–    changements climatiques ;
–    suivi-évaluation.

eaux-forets.sn