Home Les Forces armées CEMGA Des honneurs doivent être rendus au premier patron de l’armée (anciens militaires)

Des honneurs doivent être rendus au premier patron de l’armée (anciens militaires)

0
Des honneurs doivent être rendus au premier patron de l’armée (anciens militaires)

Nous émettons un voeux qu’un jour, qu’on puisse rendre les honneurs ici, à celui que les Français appelaient « le grand seigneur », le colonel Amadou Fall, a notamment dit le général Idrissa Fall au chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade.

Le troisième Chef d’état-major de l’armée sénégalaise, le général Idrissa Fall s’exprimait lors de la sixième journée des Forces armées. La manifestation, présidée au camp Dial Diop par Me Wade, avait pour thème : les Forces armées honorent les anciens. Selon le général Idrissa Fall, la nation sénégalaise doit rendre un hommage mérité au colonel Amadou Fall. Premier patron de l’armée du Sénégal, le colonel Fall a dirigé la grande muette après l’éclatement de la Fédération du Mali 20 août 1960.

Après les événements politiques de 1962, il a été remplacé par le général de division Jean Alfred Diallo. C’est le colonel Amadou Fall qui nous a recrutés en 1959 à l’Université de Dakar, moi, Mamadou Keïta et Jean Gomis pour intégrer Saint-Cyr et être la première promotion sénégalaise de cette école, a souligné le général à la retraite Mamadou Mansour Seck. Le général Seck a rappelé que c’est après les événements de 1962 que colonel Amadou Fall a été oublié. C’est une injustice. Nous voulons que son corps qui se trouve en France soit rapatrié au Sénégal. Nous aimerions que la nation lui rende hommage, a ajouté l’ancien Chef d’état-major de 1988 à 1993. Le président de la République, Maître Abdoulaye a baptisé, le même jour, une allée et une avenue du camp Dial Diop aux noms des anciens.

Pour rappel, le général Amadou Fall est un personnage clé de l’affaire dite du « coup d’Etat manqué » contre le président Senghor en décembre 1962. Alors chef d’état major des forces armées, il avait donné l’impression d’avoir fait allégeance au président du Conseil, Mamadou Dia. A la suite de quoi, il fut rapidement remplacé à son poste par le général Jean Alfred Diallo, qui était alors le seul autre Commandant de toute l’armée sénégalaise. Le jour même une chaloupe l’attendait au môle 8 pour le conduire à Gorée où il fut mis aux « arrêts de forteresse » pour 60 jours, puis assigné à résidence. Le général passa le reste de sa vie à tenter d’obtenir sa réhabilitation.

aps

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
4 + 3 =