Coumba Ndoffène Diouf

1

Coumba Ndoffène DIOUF, qui est intronisé Bour Sine en 1897, appartient à une longue lignée de rois Guelwars qui va de Maïssa Waaly MANE, de Mbégane NDOUR à Mahékoor DIOUF en passant par Wagane Coumba Sandiane FAYE.

Le 7 Juin 1903, le Conseil Privé est réuni à Saint-Louis du Sénégal afin, notamment, de recueillir des témoignages sur les « agissements » de Khadimou Rassoul, le Serviteur du Prophète (P.S.L), Cheikh Ahmadou Bamba MBACKE
Plusieurs orateurs chargèrent le Cheikh en soutenant qu’il projetait de conduire la guerre sainte ou jihad contre le colonisateur. L’influence grandissante du Cheikh ébranlait l’autorité coloniale et faisait vaciller les pouvoirs des chefs traditionnels.

Ces deux acteurs de l’histoire avaient donc, également, intérêt à organiser un exil définitif du Cheikh.

Coumba Ndoffène DIOUF, du haut de sa superbe stature, prit la parole pour affirmer, qu’en vérité, Khadimou Rassoul n’était intéressé que par l’observance des commandements du Tout-puissant consignés dans le Saint Coran intangible.

Il mettait ainsi en jeu, non seulement son « manteau », c’est-à-dire son propre pouvoir, mais aussi et surtout, l’honneur du peuple sérère et, qui sait, sa propre vie.

Mais le « Roi des rois »* avait conscience d’avoir la vérité pour lui !

C’est alors que le Gouverneur du Sénégal décida d’envoyer une colonne de spahis à Darou Marnane pour vérifier la sincérité du témoignage du Bour-Sine.

Le Chef Supérieur du Sine-Saloum sur son célèbre destrier, en l’occurrence, « Diakhao », et à la tête d’une cavalerie de soixante treize preux, se rendit à Darou Marnane pour veiller, par personnellement, sur la concession du Cheikh afin d’empêcher que des mains indélicates n’y introduisent… des armes !

Les conséquences de ce Témoignage sur la vie de la Nation sont incommensurables.

Aussi, par devoir de mémoire, des petits-fils de Khadimou Rassoul et de Coumba Ndoffène DIOUF ont-ils décidé de commémorer, les 7 et 13 Juin de chaque année, respectivement à Diakhao-Sine et à Touba Darou- Marnane, ce Témoignage pour célébrer des vertus et des valeurs telles que le courage, le sens de l’honneur, l’amour de la vérité, de la rectitude et de la justice, la grandeur d’âme, la reconnaissance et le respect de l’autre, que Khadimou Rassoul et Coumba « Ndième** » DIOUF ont su incarner, face au colonisateur, et, en des moments particulièrement difficiles.

Rendons grâce au Créateur pour avoir guidé les pas du Saint et du Prince ***, pour avoir éclairé leurs décisions, au bon moment, car l’Histoire offre rarement à ceux qui sont ses protagonistes, une seconde chance d’être jugés par Elle.