Biographie Serigne Atou DIAGNE

15

Responsable moral de l’Organisation islamique du mouridisme, Hizbut-Tarqiyyah (ex-dahira des étudiants mourides de Dakar), fondée au cours de l’année académique 1975-76, sous le Khalifat de Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, 3ème Khalife des mourides (1968-1989), Atou Diagne aura marqué la vie de cette association.

Connu pour ses recherches sur la tarikha mouride et sur les valeurs référentielles de l’Islam, ce spécialiste de la géographie physique appliquée va dévier de sa trajectoire pour se consacrer seulement au développement et à l’expansion du mouridisme jusque dans les coins les plus reculés du monde. Mais cette tâche n’a pas toujours été facile pour ce natif de Ngaye Mékhé (région de Thiès). Puisque son magistère à la tête de ce mouvement a été de temps à autre marqué par des prises de bec avec certains Mbacké-Mbacké. Même si ses rapports avec le nouveau Khalife semblent être au beau fixe, ses rapports avec le Comité d’organisation du Magal n’en demeurent pas moins heurtés. Ce qui explique sa récente sortie fustigeant la démarche des responsables de ce comité qui l’aurait écarté cette année.

Né en 1951, il a passé sa jeunesse en Gambie où il a fait ses études primaires en français. Il est revenu au Sénégal, précisément à Kaolack où il a eu son baccalauréat qui lui a ouvert les portes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Dans ce temple du savoir, il a obtenu sa licence et sa maîtrise en géographie appliquée. Ensuite, au nom de son engagement dans la tariqa mouride, le jeune maîtrisard participe à mettre sur pied le mouvement dont il est le responsable moral.

Il se singularise de ses autres camarades par son cursus marqué par un engagement, jugé constant par certains, à sauvegarder et à développer le cadre de référence de l’entité (Daara) qui, en tant qu’œuvre de civilisation, permet aux membres de bénéficier d’une transformation qualitative, en référence au système de valeurs islamiques enseignées par Cheikh Ahmadou Bamba. Cursus qui l’a propulsé d’abord à la tête du comité scientifique des Hizbut-Tarqiyyah où il a participé à traduire, en français et en Anglais, plusieurs ouvrages de Cheikh Ahmadou Bamba. Cette expérience de trente ans, conjuguée avec des travaux d’études et de recherches sur le mouridisme, participe en 2007 à la création de l’Institut international d’études et de recherches sur le mouridisme (IIERM) dont il est le recteur.

Chercheur spécialisé sur le mouridisme, il est l’auteur de plusieurs publications, articles et communications sur différents thèmes tels que l’action de grâce à l’occasion du grand Magal de Touba, l’hagiographie du mouridisme et la réhabilitation des valeurs culturelles de base de l’Islam.

Au niveau international, l’ex-président du Conseil d’administration de l’hôpital Matlaboul fawzayni de 2006 à 2010 a participé, en 2006 aux États-Unis, au programme ‘’International visitors leadersheap (Ivlp). Il a aussi animé des conférences dans les grandes universités comme le Western Washington universty (Berlingham et à Calabar (Cross river Nigeria) sur invitation de l’Unesco.

Source: enqueteplus