Home Ndiouga Kébé Biographie de Ndiouga Kébé

Biographie de Ndiouga Kébé

0
Biographie de Ndiouga Kébé

El hadji Babacar Kébé, dit Ndiouga, est un homme d’affaires sénégalais né en 1914 à Kaolack et mort le 13 mars 1984. Il est réputé d’être parmi les hommes les plus riches du Sénégal pendant les années 1970 et 1980. Il était aussi un fervent disciple du Mouridisme et a beaucoup œuvré pour cette confrérie.

El hadji Babacar Kébé est né d’un père maître coranique et grand agriculteur. Ce dernier l’initia lui et ses frères à la lecture du saint coran et à la connaissance des sciences coraniques. Ainsi en 1939 il profite des effets de la Seconde Guerre mondiale qui a plongé sa ville dans le marasme, pour aller dans la colonie anglaise de Gambie afin de s’approvisionner des marchandises qui manquaient à sa ville. Ce commerce lui procurait de confortables revenus. En 1942 il quitte sa ville et s’installe à Tambacounda et parcourt par la suite plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale pour poursuivre ses affaires. Ndiouga décida ensuite de s’installer en Sierra Leone en 1949 où il réalisa d’importants gains. Il revint pour la première fois depuis son voyage au Sénégal en 1958 pour se consacrer à l’investissement et à servir son guide spirituel Cheikh Ahmadou Bamba.

Travaux sur le Mouridisme
Comme l’appelait certains sénégalais le Milliardaire Baye Fall, El hadji Ndiouga Kébé avait un dévouement profond et admirable envers son guide sprituel Cheikh Ahmadou Bamba. Son œuvre continue de marquer les témoins de son époque surtout la ville de Touba, la capitale du Mouridisme, où il a réalisé plusieurs édifices comme des ouvrages hydrauliques, une route reliant la grande mosquée et l’université. Pour beaucoup de fidèles mourides, l’œuvre la plus marquante de Ndiouga Kébé reste les travaux de rénovation et d’embellissement de la grande mosquée de Touba auxquels il a largement contribué, sous le magistère de Cheikh Abdoul Ahad Mbacké.

El hadji Ndiouga Kébé meurt le 19 mars 1984. Il fut inhumé dans la ville sainte de Touba laissant derrière lui en chantier avancé, un grand palais qui devait être la plus grande et plus belle demeure du pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
23 − 9 =